AAC revue Théorèmes : Penser la prière : méthode et axes d’analyses

Appel à contribution

Penser la prière : méthodes et axes d’analyses

En tant que pratique religieuse, la prière se révèle dans les sociétés contemporaines comme profondément diverse : elle a accompagné la sécularisation des sociétés et l’indivi- duation des croyances tout en restant au cœur des formes les plus traditionnelles de piété. Cette « plasticité » de la prière lui a souvent valu d’être considérée comme pratique religieuse « par excellence », au sens où elle exprimerait « l’essence »1 même du phénomène religieux, puisqu’elle serait « la religion en acte, c’est-à-dire la religion réelle »2. Dans ce contexte, la religion est ramenée à son origine étymologique éventuelle, religare, comme ce par quoi il est question pour l’humain, collectivement et individuellement, de se « relier » à ce qu’il se représente comme divin et, dans la prière, s’y relier par l’adresse. La mouvance du terrain religieux contemporain, en tant qu’elle s’accompagne de la mise au-devant de la scène de spiritualités athées, invite pourtant à faire état de nouvelles manières de prier, et certains revendiquent ainsi des pratiques agnostiques, qui rejouent les frontières concep- tuelles entre prière et méditation, du même coup que le rattachement traditionnel de la prière au phénomène religieux entendu comme expérience à analyser en termes relationnels. À rebours des définitions de la prière par son orthopraxie3, faire état des usages ordinaires de la prière (procès de la divinité, échanges marchands, techniques pour contraindre la divinité à agir) appelle aussi à interroger la valeur concrète (descriptive) des distinctions concep- tuelles traditionnelles, par exemple entre prière et invocation, ou prière et magie. Il existe donc un enjeu contemporain à une réflexion générale sur la nature de la prière, en tant notamment qu’elle peut renouveler la réflexion de fond sur la nature du phénomène religieux : si c’est bel et bien le cas, en quels termes y serait-il question de relation ?

Les études concernant la prière procèdent pourtant le plus souvent par réduction : la théologie définit une forme « idéale » de prière généralement contre des pratiques con- crètes ; la philosophie des religions oscille le plus souvent entre analyse critique de la prière pour irrationnalité et analyse laudative de la prière comme expression d’un sentiment de dé- pendance à l’égard du « tout Autre » ; la psychologie des religions traite essentiellement la prière selon ses fonctions régulatrices, et les sciences sociales se focalisent sur la socialisation culturelle antérieure aux expériences subjectives. Et pour cause, un projet de réflexion générale sur la nature de la prière pose au moins trois questions :

–  Tout d’abord, une proposition de théorisation générale invite à poser la question de l’« universalité » de la prière, qui est un problème théorique. Si la prière est facilement caractérisée comme phénomène « central » de la religion, c’est qu’elle semble se ma- nifester de manière universelle, alors même qu’elle est difficile à isoler empiriquement, puisqu’elle ne se manifeste toujours que dans un système religieux spécifique. Une question est donc de savoir si la fonction prière est bien le moyen de l’ensemble des systèmes religieux.

–  Ensuite, la multiplicité des dimensions de la prière pose un problème analytique. Nous l’esquissions à l’instant : l’organisation disciplinaire de la recherche académique est le corollaire d’une construction de l’objet par réduction à l’une de ses dimensions, par exclusion des autres. Il s’agit donc de s’interroger sur la manière de construire la prière comme objet d’étude, en questionnant les définitions opératoires que l’on en propose généralement dans les différentes traditions disciplinaires.

–  Enfin, la saisie de la prière comme objet de recherche invite à une réflexion méthodo- logique. Il faut se demander quelles sont les approches mobilisables qui permettraient d’éviter de reconduire les vieilles réductions : quelles seraient les ressources métho- dologiques que nous avons à disposition pour l’aborder, et comment en justifions-nous l’emploi ?

L’objectif de ce numéro est donc d’ouvrir une enquête méthodologique et définitionnelle au- tour du thème de la prière. Cet objectif peut impliquer une relecture des textes classiques sur la prière, ou une réflexion appuyée sur une étude de cas. Ainsi, les propositions d’horizons disciplinaires variés (qu’il s’agisse de l’histoire, de la philosophie, de la théologie pratique ou systématique, de la psychologie, de la sociologie ou de l’anthropologie) voire interdisciplinaires sont bienvenues.

 

1 W. JAMES, The Varieties of Religious Experience, New York, Mentor Books, 1958, p. 352.

2 A. SABATIER, Esquisse d’une philosophie de la religion d’après la psychologie et l’histoire, Paris, Fischbacher, 1897, p. 24.

3 Voir par exemple la définition du Grand Robert : « Mouvement de l’âme tendant à une communication spirituelle avec Dieu par l’élévation vers lui des sentiments (amour, reconnaissance, espoir, etc.), des aspirations, de l’objet des méditations. »

page1image31513920

Les propositions d’articles (2 500 signes, espaces compris) doivent être envoyées avant le 30/11/2022 au plus tard.

Sélection et réponse aux auteurs : 15/12/2022.

Les articles (40 000 signes, espaces compris) devront ensuite être envoyés avant le 31/04/2023. Parution en fin d’année 2023.

Envoi des communications :

chloe.mathys@unige.ch 

sarah.scholl@unige.ch



Citer ce billet
afhrc (2022, 28 octobre). AAC revue Théorèmes : Penser la prière : méthode et axes d’analyses. Carnet de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/arro

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search