B. Hours, F. Meyers, S. Milbach (dir.), Le péché originel, XVIe-XXe s.

Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires n° 43

Édité par le Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA, UMR 5190), 2022

Le péché originel qui joue dans l’histoire du christianisme la partition de la basse continue, est-il un objet d’étude pour l’historien ? On peut en douter si on se fie à la bibliographie où dominent surtout des travaux de théologiens, et aussi de philo- sophes. Pourtant, il s’agit d’un dogme clé du christianisme qui intéresse l’historien : outre que s’y fixe une bonne partie de la pratique sacramentelle, il met en jeu une conception de l’humanité dont découle une conception de la société et de l’ordre social, du mal, de la souffrance, de la liberté, de l’homme et de la femme.

C’est entre le xviiie et la fin du xixe siècle que le dogme essuie les critiques les plus radicales et que le débat sur le péché originel change de statut : il n’est plus seu- lement l’objet de polémiques doctrinales confessionnelles entre catholiques et protes- tants. Le dogme soulève de plus en plus de répugnances et d’incompréhension : dans l’opinion savante, convoquant les nouveaux savoirs sur l’homme et sur la nature, le péché originel passe du statut « ce n’est pas possible » à celui où « ce n’est plus pos- sible ». L’apologétique catholique a eu fort à faire pour défendre le dogme. La coïnci- dence entre le lent épuisement de sa signification socialement reconnue et l’avènement de la société « d’opinions » ne saurait se réduire au processus caricatural d’effacement d’une « légende ».

La critique, outre l’historicité du récit de la Chute, touche plus largement à la di- mension anthropologique du dogme (la nature du mal) et à ses conséquences en termes civilisationnels (la notion de progrès). Ces deux plans sont intimement dépendants et affectent à terme les comportements, les représentations de l’humanité et de la société. La perte de crédit du péché originel ou ses réinterprétations ont favorisé la thèse du royaume de Dieu possible sur terre, et ont légitimé un droit au bonheur et à l’égalité. Il est alors question d’une vraie révolution anthropologique qui devait précéder une re-configuration de la cité des hommes. Baudelaire n’écrivait-il pas : « Théorie de la vraie civilisation. Elle n’est pas dans le gaz, ni dans la vapeur, ni dans les tables tournantes, elle est dans la diminution des traces du péché originel » ?

TABLE DES MATIÈRES

Le péché originel à l’épreuve de la modernité, Bernard HOURS, Frédéric MEYER, Sylvain MILBACH …………………………………………………….. 7

Péché d’Adam, péché originel: La petite musique des catéchismes diocésains Bernard HOURS …………………………………………………………………. 23

Tridentisme et augustinisme entre crise de la conscience européenne et Lumières, Sylvio Hermann DE FRANCESCHI …………………………………………. 51

Le péché originel dans les écrits antiphilosophiques français de la deuxième
moitié du XVIIIe siècle, Didier MASSEAU ……………………………………………….. 81

Du XVIIIe au XIXe siècle, les avatars de l’article « originel (péché) », du Dictionnaire de théologie de l’abbé Bergier, Sylviane ALBERTAN-COPPOLA 97

Marie Huber : l’éternité des peines et le péché originel, Yves KRUMENACKER 109

« L’épouvantable dogme ». Les Lettres philosophiques contre le péché

originel d’un curé en 1794, Frédéric MEYER …………………………………………. 121

La crise du péché originel au XIXe siècle, Philippe BOUTRY ……………………… 139

« À proprement parler, le mal n’existe point ». Lamennais face au péché originel, Sylvain MILBACH ………………………………………………………………. 165

Chute et liberté. Péché originel et perfectibilité chez Pierre-Simon Ballanche, Ignazio VECA ……………………………………………………………………. 177

Corruption et quête de bonheur : l’anthropologie au cœur des divisions protestantes du XIXe siècle, Sarah SCHOLL ……………………………………………. 195

Occultisme et péché originel, ou de quelques voies de contournement,

Jean-Pierre LAURANT ………………………………………………………………………… 211

Enseigner le péché originel : mission impossible ?, Claude PRUDHOMME … 225

Défendre le péché originel au XIXe siècle, Sylvain MILBACH ……………………. 253

Pierre Teilhard de Chardin, l’évolution et le problème de l’historicité du
péché originel, Guillaume CUCHET ……………………………………………………… 271

Écrire une autre histoire : de l’enfant coupable à l’enfant innocent,
Claude LANGLOIS ……………………………………………………………………………… 295

La crise du péché originel à l’heure du concile. Les réponses des conférences épiscopales, Christian SORREL ………………………………………….. 309

Le péché originel « en mots très simples » : enseigner l’impossible (1897-
1993), Claude LANGLOIS ……………………………………………………………………. 321

Le renversement du péché originel par les théologiennes féministes pionnières, Élisabeth PARMENTIER ……………………………………………………… 345

CONCLUSIONS, Philippe BOUTRY ………………………………………………………… 367 LISTE DES AUTEURS …………………………………………………………………………… 407

 



Citer ce billet
afhrc (2023, 21 février). B. Hours, F. Meyers, S. Milbach (dir.), Le péché originel, XVIe-XXe s. Carnet de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/arrv

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search