Journée d’études Féminismes et catholicisme, France et Belgique, XIXe-XXIe s. à Lyon le 21 mars 2024

Les rapports entre féminisme et catholicisme ne vont pas de soi. Ils seraient même antinomiques. Pourtant, depuis la fin du XIXe siècle, la transformation des sociétés occidentales qui a mené à la reconnaissance des droits des femmes, a conduit à leur mise en relation. Souvent conflictuelle, celle-ci s’est ouverte à la recherche d’un dialogue et de positions communes. Des moments ont été particulièrement propices à leur rencontre avec l’affirmation d’un féminisme républicain à la Belle Époque, les mouvements féministes des années 1970 revendiquant le contrôle de leur corps, l’accès au plaisir en matière de sexualité, et dénonçant le modèle familial hétéronormé, les revendications des droits LGBT au cours des deux premières décennies 2000 ou encore plus récemment, les luttes contre les violences sexistes et sexuelles. Ces moments ont été particulièrement propices à des rencontres avec le catholicisme, marquées par le dialogue et des crispations. Le féminisme est progressivement devenu pluriel, l’antiféminisme également. Dans l’espace d’un catholicisme français, plus largement francophone et occidental, s’est déployée une nébuleuse de groupes et de figures qui ont cherché à reconsidérer la place des femmes dans le système ecclésial et symbolique qui lui est propre. D’abord portée par les milieux d’une gauche progressiste, cette nébuleuse intègre d’autres visions aux accents plus conservateurs et traditionnels qui suscitent en son sein des rivalités d’influence. Loin des controverses, le plus souvent invisibles et silencieuses, attachées aux valeurs et aux rites du catholicisme, des femmes revendiquent davantage de reconnaissance et de liberté en s’appropriant une prise de parole, un exercice du pouvoir, une théologie, une spiritualité. Ces revendications, plus ou moins instituées, plus ou moins audibles, reposant sur des discours et des pratiques variées, conduisent vers un « catholicisme au féminin », lui aussi pluriel, au sein duquel se distinguent différents féminismes et antiféminismes aux frontières encore peu établies. En croisant l’histoire et la sociologie, cette journée d’études vise, dans le cadre du catholicisme français et francophone, à prendre la mesure sur plus d’un siècle des évolutions entre la religion catholique et le monde des féminismes, à travers des études empiriques et des recherches inédites.

Marion Maudet (Centre Max Weber-Université Lumière Lyon 2) – Bruno Dumons (CNRS-LARHA-Lyon)

Jeudi 21 mars 2024

Université Lyon II – Campus des Berges du Rhône

Salle DEM.021

16, Quai Claude Bernard – 69007 – LYON

9h30-10h : Introduction

Bruno Dumons (CNRS-LARHRA-Lyon) et Marion Maudet (Université Lumière Lyon 2)

Présidence : Marianne Thivend (Université Lyon 2)

Nobles et bourgeoises féministes

10h00-10h30 : Caroline Muller (Université Rennes II), « C’est si nouveau que je crains d’effaroucher le public » : Madame d’Adhémar et la défense de la cause des jeunes filles (1890-1910)

10h30-11h00 : Florence Rochefort (CNRS-GSRL-Paris), Entre conservatisme et libéralisme : les féminismes catholiques contrastés de Marie Maugeret et Cécile de Corlieu dans l’entre-deux-guerres en France

11h00-11h15 : Discussion

Féminisme et théologie

11h15-11h45 : Clarisse Tesson (Université de Saint-Étienne), L’accès des femmes aux études théologiques, première étape d’un féminisme catholique de l’entre-deux guerres aux années 1970 ?

11h45-12h15 : Bruno Dumons (CNRS-LARHRA-Lyon), Donna Singles ou un féminisme en théologie. Les combats d’une religieuse dans la France catholique (1967-2005)

12h15-12h30 : Discussion

12h45-14h15 : Déjeuner

 

Présidence : Michelle Zancarini-Fournel (Université Lyon 1)

Vie intime : entre émancipation féministe et résistance

14h30-15h00 : Juliette Masquelier (FNRS-Bruxelles), « Ne pas être des vaincues ». Spiritualité, solidarité et émancipation au sein de la Fraternité des Veuves (Belgique, 1957-1977)

15h00-15h30 : Marion Maudet (Université Lumière Lyon 2), La sexualité des jeunes catholiques : un féminisme conjugal ?

15h30-15h45 : Discussion

 

Conservatismes féministes ?

15h45-16h15 : Anne-Sophie Crosetti (FNSR-ULB Bruxelles), « Féminisme Pro-vie ». Le nouveau visage du mouvement anti-avortement en France

16h15-16h30 : Discussion

16h30 : Conclusion

Céline Béraud (EHESS-Paris)



Citer ce billet
afhrc (2024, 5 mars). Journée d’études Féminismes et catholicisme, France et Belgique, XIXe-XXIe s. à Lyon le 21 mars 2024. Carnet de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vyd7

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search